about

Half a Band is a music project of french multi-instrumentalist Olivier Bonneau. The music released through this project reflects Olivier’s taste for cinematic rock, often atmospheric, with lots of keyboards, delayed guitars and odd signatures drumming. The music is hard to classify, but can be connected to post-progressive rock.

Compositions alternate short straightforward pop songs and more complex and adventurous pieces where a large place is left to instrumental music.

The few lyrics found often reflect Olivier’s concern for the environnemental state of the planet we live in, and the perspective that the human race is only something very small and fragile at the scale of the whole universe. Some other songs are more influenced by road movies,  landscapes, open spaces and derelict industrial yards.

In terms of instrumentation, Olivier plays and records mostly everything himself, the music refects his affection for vintage keyboards, with the extensive use of analog synths and old school sounds like organs, mellotrons, string machines or electric pianos ; atmospheric electric guitars with effects like phaser, leslie cabinets, big muff distorsions, with layers of analog delays ; the use of bass pedals along melodic basslines ; and jazz rock drumming with a warm natural sound.

Half a Band est un projet musical du multi-instrumentiste Olivier Bonneau, basé dans le Puy-de-Dôme. La musique développée à travers ce projet reflète les goûts d’Olivier  pour le rock “cinématique” : privilégiant les atmosphères étherées, où cohabitent souvent des couches multiples de claviers analogiques, des guitares aériennes et des batteries aux métriques impaires. La musique de Half a Band est difficile à classifier, on peut toutefois y trouver des connexions évidentes avec le post rock, le rock progressif et le rock psychédélique.

Le compositions oscillent entre des chansons directes de format “court” entre 3 et 6 minutes, et des pièces plus aventureuses pouvant s’étendre entre 15 et 30, où une large place est laissée aux développement instrumentaux.

Les quelques textes restant reflètent souvent des sujets auxquels Olivier est sensible, plusieurs évoquent ainsi des préoccupations environnementales, et positionnent l’être humain comme une petite partie d’une planète pas si grande que ça, et dont l’équilibre environnemental est bien frêle et fragile à l’échelle de l’univers. D’autres textes ont une approche plus contemplative et sont inspirés par des road movies, des paysages (naturels, urbains ou industriels), ou encore les grands espaces.

En matière d’approche instrumentale, le DIY prévaut : en dehors de quelques collaborations avec des amis musiciens,Olivier joue et enregistre à peu près tout lui même. Les orchestrations reflètent un goût prononcé pour les claviers vintage, par l’usage fréquet de synthétiseurs analogiques et de sons d’orgues hammond ou farfisa, de mellotrons et de pianos électromécaniques. Les guitares electriques sont souvent traitées avec de nombreuses pédales d’effets (phaser, cabines leslie, big muff distorsions, delays analogiques) et les lignes de basse combinent Precision-bass et pédales de type Taurus. Les batteries sont souvent enregistrées avec un son ouvert et naturel, là encore avec un jeu et un son hérité des années 70.